Faillites : faire face à l'inévitable

Faillites : faire face à l'inévitable

Toutes les entreprises ne survivront pas à la crise. Le diagnostic impose de mettre en place des mesures pour protéger les salariés concernés et préserver les sociétés viables, a montré une récente table ronde, organisée par la délégation aux Entreprises du Sénat.

Photo d'illustration

Le troisième confinement exaspère les organisations patronales

Les fleuristes, libraires, chocolatiers, auto-écoles (pour les cours de conduite...). La liste des commerces autorisés à ouvrir s'est considérablement allongée, par rapport au premier confinement de 2020. Néanmoins, suite à l'annonce du troisième confinement par Jean Castex, Premier ministre, depui…

Photo d'illustration Adobe Stock

Les entreprises « à mission », compatibles avec la rentabilité

. D'après l'Observatoire des sociétés à mission, 88 le sont devenues en 2020, et 10 000 entreprises pourraient faire évoluer leurs statuts, d’ici 2025. Pour l'instant, les deux tiers d'entre elles sont des TPE et des PME de moins de 50 salariés. Près de 80% agissent dans le domaine des services. Le…

Photo d'illustration Adobe Stock

L'urgence du casse-tête logistique du dernier kilomètre

Avec l'explosion du e-commerce, la pandémie a mis l'accent sur le sujet déjà sensible de la logistique dite du dernier kilomètre : comment assurer les livraisons en centre-ville, auprès des particuliers et des commerces ? L'enjeu est écologique : en milieu urbain, le transport routier de marchandis…

Clément Scellier (à droite), cofondateur de Jimini's, qui propose des produits alimentaires à base d'insectes. (Photo Jimini's)

« Les insectes sont mangés dans les deux-tiers de la planète »

Proposer aux consommateurs des produits à base d'insectes... une drôle d'idée ? Aujourd'hui, les insectes sont mangés dans les deux-tiers de la planète. Avec Bastien Rabastens, mon associé, nous avons eu l'idée de créer Jimini's en 2012, après avoir pris connaissance d'un rapport de la FAO, l'Organ…

Photo d'illustration Adobe Stock

En dépit des restrictions sanitaires, la relance se déploie

Inciter les Français à dépenser leur épargne Pour nourrir la relance, Bercy entend aussi utiliser l'épargne accumulée par les Français depuis le début de la crise, un montant de l'ordre de 200 milliards d'euros. Une démarche qui sera « volontaire » a insisté Bruno Le Maire, écartant l'idée d'une ta…